homme téléphone web

Avant l’invention des antibiotiques, les bactéries, qui causaient des maladies parfois mortelles, comptaient parmi nos pires ennemies. Nous avons par conséquent développé une certaine appréhension à l’égard de ces microbes. Aujourd’hui, beaucoup d’entre nous usent et abusent des désinfectants, notamment pour les mains, sous prétexte de se protéger des infections.
Mais est-ce vraiment une bonne idée ?

Les bonnes et les mauvaises bactéries

Ces dernières années, les microbes ont pris une nouvelle place dans nos vies, plus positive. Nous nous sommes en effet rendu compte qu’en plus des «mauvaises» bactéries qui peuvent nous rendre malade, notre corps fourmille de «bonnes» bactéries qui nous aident à tirer le meilleur profit de nos aliments ou encore à stimuler notre système immunitaire et à prévenir les infections. Nos mains, notre peau, nos intestins sont le refuge de milliards de bactéries, formant différents microbiotes. Chaque personne possède son propre équilibre de colonies bactériennes qui participent au bon fonctionnement de l’organisme.
Seulement voilà : les antibiotiques et les désinfectants ne font pas la différence entre les mauvaises et les bonnes bactéries. Alors qu’ils tuent les microbes potentiellement dangereux, ils altèrent également les communautés de bactéries bénéfiques sur la peau. Lorsque nous utilisons des désinfectants pour les mains, nous tuons quasiment tous les microbes qui s’y trouvent – les bons comme les mauvais.

La question de l'antibiorésistance

En plus d’éliminer des bactéries potentiellement bénéfiques, les désinfectants pour les mains pourraient également contribuer à l’antibiorésistance,ce «fléau des temps modernes» qui ne fait qu’empirer. En effet, lorsque les microbes deviennent résistants à certains désinfectants, il est plus facile pour eux de devenir résistants aux antibiotiques «standards».
Nous voici donc devant un dilemme, voire un paradoxe : devons-nous continuer à utiliser les désinfectants pour les mains (gels hydroalcooliques et autres) pour éviter les maladies ou devons-nous accepter d’avoir les mains pleines de germes pour préserver notre santé globale à long terme ? Car, vous l’aurez compris, la désinfection répétée – en considérant les choses à l’échelle de toute une population – pourrait engendrer un problème de santé publique avec l’antibiorésistance. D’un autre côté, il y a des situations (par exemple : en sortant du métro) où l’on n’a qu’une seule envie : attraper son tube de gel hydroalcoolique.

Alors, faut-il se désinfecter les mains ou pas ?

La recommandation que l’on peut faire, c’est d’utiliser ces produits avec parcimonie, et non pas à tout-va. Pour reprendre l’exemple du métro, si vous étiez agrippé à la barre de maintien, juste à côté d’une personne qui éternuait et toussait à gorge déployée, alors dans ce cas, oui, un petit coup de gel hydroalcoolique avant de croquer dans votre sandwich semble une excellente idée !
En revanche, si vous sortez de votre voiture, que personne n’est malade dans votre famille et que vous n’avez touché personne d’autre, il n’est probablement pas nécessaire de vous désinfecter.
Ceci est d’autant plus vrai si vous avez l’opportunité d’utiliser la bonne veille technique du savon et de l’eau, tout aussi efficace pour tuer bactéries et virus !

Vivez votre santé autrement !


Votre application bien-être
logo wevie

Prenez soin de vous !

Votre newsletter...

Recevez gratuitement toute l'actualité de votre protection sociale

Nos certifications

LogoAFAQ2011