iStock-medecin-argentAprès le passage de la consultation généraliste à 25 € le 1er mai et l’augmentation au 1er juillet à 30 € de la consultation chez un spécialiste correspondant, les tarifs de certaines consultations chez les médecins généralistes et spécialistes vont connaître une nouvelle hausse à partir du 1er novembre.

Désormais, en fonction des pathologies, certaines consultations vont être qualifiées de «complexes» et de «très complexes». Ces consultations seront alors facturées respectivement à 46 euros et 60 euros. Les visites «longues», comme pour les maladies neurodégénératives, seront revalorisées à 70 euros et pourront être réalisées jusqu’à trois fois par an.

Les consultations complexes

Les consultations complexes correspondent à la prise en charge d’une pathologie complexe instable ou avec un fort enjeu de santé publique telles que :

  • les consultations pour diabète gestationnel, les scolioses graves, la sclérose en plaque, la maladie de parkinson, l’épilepsie…
  • la première consultation de contraception ou de prévention des maladies sexuellement transmissibles chez les jeunes filles de 15 à 18 ans,
  • la consultation annuelle de suivi et de coordination de la prise en charge des enfants de 3 à 12 ans, en risque avéré d’obésité,
  • les 3 examens obligatoires du nourrisson du 8e jour, du 9e mois ou du 24e mois,
  • la première consultation pour tuberculose, la prise en charge d’une pathologie oculaire grave, la fibrose pulmonaire.

Les consultations très complexes

Les consultations très complexes, dont la visite longue à domicile, concernent notamment :

  • les consultations d’information d’un patient et la définition de son traitement face à un cancer, une maladie neurologique ou neurodégénérative, face au VIH,
  • les consultations en cas de malformation congénitale d’un nouveau-né ou du suivi d’un grand prématuré,
  • la mise en route d’un dossier de greffe.

Ces nouvelles consultations seront remboursées selon les règles habituelles, à 70% pour la part prise en charge par la Sécurité sociale, à 30% pour la part prise en charge par votre complémentaire.
Les deux tiers de ces consultations seront prises en charge à 100% par la Sécurité sociale car elles entreront dans le cadre du régime d’affections de longue durée (ALD) et pourront à ce titre prétendre au tiers payant. D’autres, « à fort enjeu de santé publique », seront également intégralement remboursées par la Sécurité sociale, comme les trois consultations obligatoires de suivi du nourrisson.

Quelles démarches pour être remboursé au mieux

Pour être remboursé au mieux, il est conseillé de suivre un parcours fléché par les différentes réformes de l’Assurance Maladie. Ainsi il est préférable de :
1. respecter le parcours de soins (en consultant en priorité son médecin traitant déclaré à l’Assurance Maladie),
2. se diriger vers un professionnel de santé ayant souscrit au dispositif OPTAM/OPTAM-CO (le médecin signataire permet à ses patients de bénéficier d’un meilleur remboursement en diminuant votre reste à charge).
Nous vous invitons à vérifier si le médecin que vous consultez a souscrit au dispositif OPTAM/OPTAM-CO  (rendez-vous sur le site d’ameli.fr : annuairesante.ameli.fr) et à consulter votre notice d’information Ipsec avant d’engager des frais de santé (vous y trouverez les différences de prise en charge selon que le médecin ait adhéré ou non).

 


Votre application bien-être
logo wevie

Prenez soin de vous !

Votre newsletter...

Recevez gratuitement toute l'actualité de votre protection sociale !

Nos certifications

LogoAFAQ2011